Logo Cedias Centre régional d'études et d'animation sur le handicap et l'insertion

S’il fallait résumer l’atout principal aujourd’hui du CREAHI, organisme créé en 1964 en même temps que les DRASS et les DDASS, nous pourrions dire que la région fait appel à lui pour résoudre les problèmes complexes en matière de politiques sanitaires, médico-sociales et éducatives :

  • les situations complexes des personnes qui relèvent de plusieurs champs d’intervention (handicap psychique, troubles envahissants du développement, traumas crâniens, jeunes à difficultés multiples, etc.) ;
  • Les problèmes complexes d’organisation : l’accompagnement des schémas en tenant compte de leurs articulations, mais aussi la transformation de structures sanitaires et médico-sociales, l’accompagnement de projets innovants, la création de centre de ressources, la conception d’outils transversaux aux filières d’intervention, etc. ;
  • Les problèmes complexes d’évaluation des pratiques, des prestations, des dispositifs et des politiques territorialisées : la construction d’outils d’évaluation interne, l’évaluation de dispositifs transversaux comme ceux en direction des personnes handicapées et des personnes âgées, ceux réunissant la pédopsychiatrie, le médico-social, le social et l’éducatif,
  • Les problèmes complexes d’évaluation des besoins : concevoir une évaluation partagée des besoins, accompagner méthodologiquement un observatoire, concevoir et mettre en place des modes partagées d’évaluation des situations intersectorielles, accompagner les MDPH et demain les maisons de l’autonomie, traiter régionalement les enquêtes nationales comme l’enquête ES (population accueillie dans les établissements sociaux et médico-sociaux), etc. ;

Pourquoi fait-on appel au CREAHI pour aider à résoudre ces problèmes complexes ?

S’il fallait en résumer les raisons, nous en retiendrons deux principales :

  1. d’abord parce qu’il est implanté, comme les autres CREAI, dans sa région depuis plusieurs décennies, qu’il connait particulièrement le paysage sanitaire, social et médico-social et qu’il n’existe aucun autre organisme qui dispose de cette vision globale ;
  2. Ensuite parce qu’il intervient à chaque échelon du territoire et que cette position leur permet d’appréhender l’ensemble des dimensions qui interviennent dans les situations complexes :
  • Il a une fonction d’information de la population sur les politiques sociales, médico-sociales et sanitaires : toute personne, association, collectivité territoriale, administration, tout établissement et service peut s’adresser au CREAI pour une information concernant les dispositifs, les droits, les procédures ou les méthodes en la matière ;
  • Il accompagne les établissements et services dans leurs projets de création ou de transformation de leur structure (RER pour Réseau d’Expertise Régionale en Ile de France);
  • Il accompagne les départements et l’administration départementale régionale dans les schémas et plans d’organisation sanitaire, sociale et médico-sociale ;
  • Il met en place des études départementales et régionales
  • Il siège depuis des années au CROSMS et à la Conférence Régionale de Santé ;
  • Il traite des enquêtes nationales (ES, HID, enfance handicapée, Evaluation du handicap psychique, Jeunes à difficultés multiples) ;
  • De plus, les CREAI sont organisés en réseau ANCREAI et organisent dans ce cadre des colloques et journées nationales sur « les services d’accompagnement », les « foyers de vie », les « maisons d’accueil spécialisées », etc. L’ANCREAI a mis en place deux pôles auxquels participent les CREAI : un pôle « Etudes, Recherches, Observation » et un pôle « Pratiques Professionnelles » : ces deux pôles permettent de mutualiser au niveau national des actions communes dans chaque région : par exemple chaque région peut faire régulièrement une « comparaison des schémas départementaux d’organisation sociale et médico-sociale » (très utile pour les collectivités comme pour l’ARS) et le réseau peut faire une comparaison interrégionale. De la même manière le pôle « Pratiques Professionnelles » fait évoluer le logiciel « Periclès » d’évaluation interne conçu et réalisé par le réseau des CREAI.
  • L’ANCREAI met en place avec les CREAI une « veille » sur des questions qui intéressent l’administration centrale comme les régions : sur le handicap psychique, sur « handicap et habitat », sur l’autisme, etc.
  • L’ANCREAI est représentée au CNCPH, à l’ONFRIH, au conseil scientifique de la CNSA, à l’ANESMS.
  • Enfin, le réseau participe aux travaux internationaux comme le groupe conseil du Centre Collaborateur de l’OMS sur la Classification Internationale du Fonctionnement, de la Santé et du Handicap.

Cette présence et cette méthode de travail nous permet de travailler avec tous les groupes d’acteurs :

  • avec les usagers eux-mêmes, par les groupes de travail régionaux, par les études et recherches appliquées, par les séminaires et colloques ;
  • avec les établissements et services : par l’accompagnement des projets et les avis techniques
  • avec les collectivités territoriales : par l’accompagnement des schémas, les journées d’études, les avis techniques …
  • avec les administrations (DDASS, DRASS, ARH et ARS) par les groupes de travail régionaux, par les conférences, par l’accompagnement des PRIAC, par la préparation des SROS, par la participation au CROSMS et par les avis techniques

C’est grâce à ce positionnement à chaque échelon et au travail en réseau que les CREAI sont sollicités pour résoudre ce qui pose sans doute le plus problème aux décideurs.

Leur apport principal est dans la lecture technique qu’ils peuvent avoir ainsi des enjeux posés par l’évolution des politiques sociales et sanitaires, en prenant compte les clivages sectoriels et les disparités territoriales, mais aussi dans les méthodologies (d’étude, de conduite de projet, d’audit, de formation) sans cesse renouvelées qu’ils proposent pour approcher de nouvelles problématiques.

L’observation et l’évaluation des besoins

Depuis 2001, le CREAHI Ile-de-France développe son expertise sur cette question, au travers de l’élaboration de plusieurs outils d’évaluation, dans des champs diversifiés (handicap, santé mentale, jeunes à difficultés multiples, etc.), en partie présentés dans une publication[1].

Il contribue au développement, au test et à l’informatisation du guide d’évaluation multidimensionnelle aux côtés de la DGAS et de la CNSA. Cet outil a pour vocation d’aider les équipes pluridisciplinaires des maisons départementales pour personnes handicapées dans la définition du plan personnalisé de compensation.

Parallèlement, le directeur du CEDIAS est membre du conseil scientifique de la CNSA en tant qu’expert sur le domaine de l’évaluation et membre de l’Observatoire National sur la Formation, la Recherche et l’Innovation du Handicap (ONFRIH).

Le CREAHI Ile-de-France fait également parti d’un réseau de Recherche international sur l’application de la Classification Internationale du Fonctionnement (CIF). Il a notamment présenté ses travaux à la conférence internationale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS, WHO-FIC) à Reykjavik (Islande) en 2004 et a participé en octobre 2006 à Tunis à l’organisation des deux journées du réseau francophone du Centre Collaborateur de l’OMS (CCOMS-CIF).

 

[1] J-Y. Barreyre et C. Peintre, Evaluer les besoins en action sociale, Paris, Dunod, 2004 (2ème édition en 2006).